Hôtel Panache – Chambre

Hôtel des Faubourgs

Ornant le coin de la rue du Faubourg Montmartre et de la rue Geoffroy Marie, le Panache incarne la vie parisienne. Ici, l’effervescence règne jour et nuit, au carrefour des tendances et des destinations multiples. Non loin des Grands Boulevards et de l’hôtel des ventes Drouot, au milieu d’innombrables théâtres. L’âme de la foule parisienne. Des danseuses de cabaret uniquement vêtues de plumes animent depuis plus d’un siècle la revue des Folies Bergères, qui vit passer Joséphine Baker, ainsi que la célèbre comédie musicale Cabaret dans une mise en scène de Sam Mendes ; de nombreux grands noms du jazz, de la pop et de l’humour se produisent encore à deux pas. Le vieil Opéra Madrid s’est dépouillé pour laisser au Panache 36 fenêtres sur la vie et sur Paris.

En savoir plus Réduire

Hôtel Panache – Chambre

Le Panache, hôtel pour voyageurs

Le prisme est triangulaire. Un bâtiment de sept étages en coin de rue, datant de la fin du XIXe siècle, une nouvelle adresse après l’Hôtel Paradis, signée Adrian Gloaguen. Jouant avec les codes de l’époque, Le Panache tombe amoureux de l’Art Nouveau, l’adapte au goût du jour et ajoute sa touche contemporaine.

En savoir plus Réduire

Au rez-de-chaussée, un immense comptoir fait de noyer, de bois noirci, de marbre et de laiton fait le lien entre le restaurant et l’hôtel. À gauche, la vieille pâtisserie zazou est devenue une table prisée du quartier sous la supervision de David Lahner. À droite, la réception de l’hôtel et les lampes à globe de verre rappellent le chaleureux café viennois d’Adolf Loos.

En résumé, il s’agit d’un refuge idéal. Presque hors du temps. Où les bancs rouillés deviennent des wagons première classe, où les tabourets évoquent le safari et où une bibliothèque de guides touristiques vous emmène à travers tout Paris. Un cadre et une esthétique unique signés Dorothée Meilichzon.

Hôtel Panache – Chambre

Partenariats

Cultivant l’esprit des faubourgs, le Panache fait appel aux artisans des environs. Le petit-déjeuner, la carte des desserts sont signés NOGLU, le premier restaurant sans gluten de paris (Passage des Panoramas), conçu par Frédérique Jules. Et vous trouverez également des chocolats d’À la Mère de Famille, la plus ancienne chocolaterie de Paris. Le papier à lettre ainsi que les stylos les crayons sont de marque française.

En savoir plus Réduire

image

Décoré par Dorothée Meilichzon

Refusant la facilité de la répétition, Dorothée Meilichzon réalise avec le Panache son quatrième hôtel parisien. Inspirée par le Flatiron Building de New York, un monument dans le domaine des immeubles d’angle, la designer d’intérieur imprime sur les murs des rythmes géométriques, s’affirme avec des flèches, éparpille ses cœurs percés, joue avec des lignes en posant un tapis aux motifs de mini triangles, ainsi que des jeux de palets avec des miroirs éblouissants sur les bureaux et les tables de chevet. Une nouvelle modernité avec une légère touche de rétro parigot.

En savoir plus Réduire